Hermès ? Mais pourquoi Hermès ?

Hermès représenté ici sur une poterie. Il porte la barbe, la chlamys, un manteau court attaché par une fibule, et le caducée, son petasos, ce chapeau noué sur l’épaule, et, au pied, ses sandales ailées.

D’abord parce que Hermès, fils de Zeus et de Maia, est présenté comme le messager des Dieux dans la mythologie grecque. Et la médiation est d’abord un acte de communication, un processus par lequel on tente d’établir ou de rétablir un lien avec autrui.

Ensuite, parce que Hermès se révèle profondément humain. Il n’a aucun pouvoir particulier. Contrairement à la majorité des Olympiens, Hermès n’a aucun domaine réservé et ne possède aucune ville. Fidèle serviteur de Zeus et muni de sandales ailées, il voyage beaucoup, dans les airs ou sur terre. De même que les hommes, il est agile et rusé. Il a l’esprit vif et n’hésite pas à changer d’identité selon les circonstances. D’ailleurs, Hermaphrodite nait de ses amours avec Aphrodite, symbole de l’incarnation de deux identités. Il est aussi celui qui guide les âmes jusqu’aux Enfers.

Dieu du commerce, il est également celui des voleurs. Père des arts et des sciences, on lui attribue l’invention des mathématiques et de l’astronomie, la création des poids et des mesures, des premiers instruments de musique, telle que la lyre. Il représente la triade de la pensée, de la parole et de l’action. Il est un orateur éloquent. Il joue souvent le rôle d’entremetteur dans les intérêts de son père, dont les aventures amoureuses sont nombreuses.

Le poète grec, Aristophane (450-386 av. J.-C.), dit de lui que « c’est le plus humain et le plus libéral des dieux ». Dans La Paix, le poète utilise Hermès comme intermédiaire entre les hommes et les dieux. De ce fait, sa fonction de messager le rend plus humain.

A l’image de la complexité des hommes, cette divinité est insaisissable. Chacun peut s’identifier à lui, dans ses qualités et ses défauts, dans ses capacités et ses faiblesses. Comme nous, il est loin d’être parfait. Son équivalent latin est Mercure, et Thot dans la mythologie égyptienne.

©Hermès Médiation – centre de médiation – Poitiers

Partager l'article sur