Et si chacun avait sa carte du monde ? – Acte 2

Comme promis, nous revenons vers vous pour vous présenter un roman d’Alexis Jenni qui s’intitule « La beauté dure toujours ».

Ce livre retrace, à travers la vision de trois personnages, la relation amoureuse d’un couple d’une cinquantaine d’années, Noé et Felice qui se connaissent depuis dix ans.

Deux des personnages forment le couple. Le dernier est le narrateur qui est aussi le meilleur ami de Noé.

Pour le narrateur, le couple de Noé et Felice constitue l’amour parfait, indestructible et infini. Il magnifie ce couple comme il idéalise l’amour, au point où il évite de le vivre, car lui donner une consistance serait entacher l’image de cet « amour perfection ».

Il intellectualise donc beaucoup l’amour sans vouloir l’éprouver au risque de l’abimer.

Noé est un artiste qui, selon le narrateur, a vécu une première histoire d’amour avec une femme froide dit-il. Elle exprimait peu ses émotions. Le couple que Noé forme désormais avec Felice est à l’opposé. Il vit cette histoire intensément. La passion y est très présente. Si Noé n’a pas de grandes théories sur l’amour, il vit pleinement son couple.

Selon lui, l’amour ne se dit pas, il se vit. D’ailleurs, sa vision de l’amour est avant tout faite de sensations.

Si l’homme est amoureux, l’artiste l’est tout autant. Felice est sa muse, sa source d’inspiration constante. L’amour est aussi pour lui esthétique. Aimer signifie contempler la beauté.

Il est dépendant de cet amour qui peut lui donner le vertige quand il pense à sa fin.

Quant à Felice, elle a vécu avec un homme avant de rencontrer Noé. Médecin, cet homme était, selon elle, à l’opposé de Noé. Très rationnel, peu inventif, il avait une emprise sur elle, alors que Noé symbolise aujourd’hui sa liberté. Dans cet amour, Felice découvre la réciprocité qu’elle n’avait pas connue. Noé lui offre l’échange, lui montre, qu’en couple, il peut y avoir osmose sans perte d’identité.

Ce dernier lui permet de découvrir la tolérance et la différence. Aimer, ce n’est pas forcément se ressembler.

Enfin Noé lui offre le rêve, l’évasion à travers sa sensibilité d’artiste. Mais en même temps, il est un repère pour elle. Il lui laisse la liberté de ses actions en espérant qu’elle lui revienne toujours. Elle a compris que la vraie liberté se jouait avec Noé.

A travers ce court résumé, et sans aucun doute à la lecture de ce livre, vous comprendrez que chacun a des conceptions différentes de l’amour. Chacun a sa propre perception, des repères personnels et différents.

Et il est fort à parier que si vous lisez ce roman, vous ne verrez pas la même chose que nous…

Cet acte 2 sur la carte du monde vous a plu ? Le 3e acte, pour les parents et les enfants, vous interpellera sans aucun doute. C‘est à lire ici !

Partager l'article sur
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin