La violence expliquée aux enfants

Après avoir consacré quelques articles sur la violence à l’hôpital, nous avions envie de vous présenter un livre destiné aux enfants et aux parents, consacré aux différentes manières d’appréhender des situations comme le conflit, la différence, les difficultés de territoire ou de vie en collectivité, la perte ou encore le danger.

Ce livre s’intitule « Silence, la violence » (Ed. Haltier Jeunesse, 1999). Il a été écrit par Sylvie Girardet et illustré par Fernando Puig Rosado, réalisé avec le soutien de la Fondation de France. A travers six petites fables, il est expliqué simplement qu’il existe d’autres alternatives que la violence face à un conflit.

Sur la forme, le livre est construit sur les bases de la médiation. Cet ouvrage n’impose rien. Il invite simplement l’enfant au cheminement à travers différentes propositions et des questionnements. C’est l’enfant qui décide de la situation la plus appropriée pour lui et c’est toute la magie de ce livre : accompagner, interpeller et non imposer !

Sur le fond, pourquoi la thématique est-elle si importante ?

Jacqueline Morineau, pionnière de la médiation humaniste, indique dans son livre « l’esprit de la médiation » (Ed. Érès, 1998) que «  le conflit nait de la rencontre de deux désirs contradictoires qui s’opposent et qui paraissent vitaux à ceux auxquels ils appartiennent. Cette confrontation aux désirs de l’autre constitue donc une limite à la réalisation des nôtres ». Le conflit est donc permanent. Et lorsque la limite à la réalisation de nos désirs est très forte, elle peut devenir insupportable. Et c’est cet insupportable qui peut s’exprimer par des manifestations de violence.

Il est intéressant de montrer très tôt aux enfants, que face à un conflit ou à une situation inconfortable, il existe des alternatives à la violence.

La première histoire est une dispute entre deux oiseaux au sujet d’un ver de terre. Face à cette situation, les deux volatiles ont différentes options : se battre, discuter ou demander de l’aide à un tiers.

La deuxième fable évoque la différence à travers la rencontre de chameaux avec un dromadaire. Les chameaux peuvent réagir de plusieurs manières : en le rejetant, en acceptant la différence, en considérant que chacun est singulier.

La troisième histoire est celle de deux loups qui se chamaillent pour le même territoire. La question est de savoir comment la querelle va se terminer : en guerre ? en partage ? ou en négociation ?

La quatrième fable est celle d’un chat qui a perdu son fromage. Plusieurs réactions s’offrent à lui : accuser la souris, dire des bêtises et en tirer des conclusions erronées, ou s’associer à la souris pour retrouver le fromage.

La cinquième histoire est celle d’une taupe qui n’arrive pas à dormir car ses voisins, les ouistitis, sont très bruyants. Face à cette situation très déplaisante, madame la taupe a plusieurs options : crier sur eux, partir ou discuter.

Enfin, la dernière fable raconte la situation d’un loup qui fait très peur à Petit Cochon, accompagné de Gros Cochon, plus fort que Petit Cochon vous l’imaginez. Comment peuvent se comporter les deux cochons face au loup qui constitue potentiellement un danger ? La première option est celle de la menace : Gros Cochon va ainsi menacer Petit Cochon en s’appuyant sur sa peur. La deuxième option est celle de la dénonciation : Petit Cochon va dénoncer Gros Cochon pour qu’il se fasse dévorer à sa place. La troisième option est celle de l’alliance et de la coopération : Gros Cochon va rassurer et protéger Petit Cochon.

Ces petites scénettes courtes offrent bien des angles de gestion de la situation. Elles terminent toutes par des questions qui invitent le parent à échanger avec l’enfant sur chaque réaction possible.

Il s’agit d’un livre très précieux qui permettra à votre enfant, sans nul doute, de mieux gérer les situations inconfortables du quotidien et de le rendre plus apaisé.

Lire aussi : Comment vous sentez-vous ? Vos émotions, notre allié

Partager l'article sur
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin